Rapa das bestas : le festival qui choque les associations de défense de la cause animale (VIDEO)

Un festival traditionnel espagnol de tonte de chevaux sauvages est organisé chaque année en Galice, et choque de plus en plus d'associations.

L'Espagne n'en est pas à son premier débat entre festival traditionnel et maltraitance animale. Après les célèbres corridas, dénoncées par bon nombre d'associations de lutte en faveur de la cause animale, c'est maintenant le festival Rapa das bestas qui fait polémique des deux côtés des Pyrénées. 

Un festival traditionnel qui date du XVIème siècle

La Rapa das bestas est un festival traditionnel galicien qui consiste à rassembler dans des arènes fermées, les chevaux sauvages qui errent dans les montagnes, afin de couper leurs crins à la main, de manière plutôt brutale. Parmi les chevaux rassemblés, les poulains sont marqués, et le "spectacle" se termine par des "combats d'étalons". 

Dans la ville de A Estrada, ce rassemblement est classé depuis 1963 "fête touristique d'intérêt international". Les lutteurs doivent immobiliser le cheval uniquement à main nues, avec la force de leurs bras, par petits groupes de trois. Le festival de la "Rapa" donne ensuite lieu à une grande fête de village avec barbecues, bal et repas collectif. On en profite aussi pour vendre et acheter les chevaux.

Des associations qui montent au créneau

À lire aussi
Ce métier est généreusement rémunéré 55 000 euros par an mais personne ne postule

Chaque année, après la diffusion des images choquantes de cette fête traditionnelle, des associations comme L214 ou la fondation 30 millions d'amis montent au créneau et dénoncent des actes "barbares" en totale contradiction avec la notion de "sensibilité animale". Il s'agit pour eux d'une "pratique brutale, dangereuse et totalement anachronique, qui doit être "fermement condamnée".

Des lois espagnoles en retard sur la France

Le problème pour ces associations reste la loi espagnole. Concernant la cause animale, elles sont en retard sur la FranceLe congrès espagnol vient seulement de valider en 2017 le statut d'être vivant doté de sensibilité pour les animaux, alors qu'ils étaient jusque là considérés comme des "bien meubles". Reste encore le poids de la tradition, qui maintient ces festivals et qui sera bien plus difficile à contrecarrer.

Related:

Error parsing json