Bernard Tapie relaxé : "C'est ma plus belle chimio", déclare l'homme d'affaires

Bernard Tapie a été relaxé des faits d'escroquerie pour lesquels il était jugé dans l'affaire de l'arbitrage Adidas-Crédit Lyonnais. Sa compagne et son avocat ont exprimé leur joie après le verdict.

Soulagement et émotion pour Bernard Tapie. Ce mardi matin, la justice a décidé de relaxer l'homme d'affaires de 76 ans, atteint d'un double cancer, jusque-là accusé d'escroquerie dans l'affaire de l'arbitrage Adidas-Crédit Lyonnais. Absent du tribunal en raison de ses problèmes de santé, "Nanar" n'a toutefois pas manqué de réagir à la sentence par la voix de son avocat et de sa compagne.

"C'est ma plus belle chimio" 

À lire aussi
L'enquête a été ouverte sur le rôle Christine Lagarde dans l'affaire Tapie

"C'est le plus beau jour de sa vie !", a exulté Dominique Tapie, son épouse, auprès de BFMTV. "Nous sommes tous très émus et bouleversés. Enfin des gens qui n'ont pas eu peur", a-t-elle poursuivi en évoquant les magistrats.

Comme le précise BFMTV, Bernard Tapie était à son domicile parisien lorsqu'il a appris le verdict de la bouche de l'un de ses fils. L'homme d'affaires aurait alors lancé dans un sourire "C'est ma plus belle chimio." Et il n'était pas le seul à éprouver un vif soulagement à l'annonce du verdict. Selon une journaliste de France Inter présente à l'audience et citée par Closer, le patron d'Orange Stéphane Richard est apparu très ému : "Il est en larmes. Son avenir à la tête d'Orange est sauvé", a détaillé la journaliste.

Tapie/Crédit Lyonnais, une affaire débutée en 2008

Pour rappel, ce feuilleton judiciaire avait débuté il y a plus de 10 ans, en juillet 2008, lorsque Bernard Tapie avait reçu la somme de 403 millions d'euros (243 millions d'euros de dommages, 115 millions d'euros d'intérêts, et 45 millions d'euros de préjudice moral) après une "faute" du Crédit Lyonnais lors de la vente de l'équipementier sportif Adidas, rachetée en 1990 puis revendu à celui qui était alors propriétaire de l'OM, Robert Louis-Dreyfus. Un arbitrage annulé en 2014 par la Cour d'appel, qui avait alors demandé à l'homme d'affaires de rendre l'ensemble de la somme qui lui avait été octroyée.

Related:

 
Post a Reply

Poll of the Week