Pourquoi les hommes se suicident trois fois plus que femmes ?

Le suicide se porte dramatiquement bien en France. Chaque année, près de 10.000 personnes mettent fin à leurs jours et les hommes sont trois plus touchés que les femmes. Pourquoi existe-t-il un écart entre les genres ?

Ces chiffres, dévoilés dans un rapport par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la journée mondiale de la prévention du suicide, sont alarmants. C’est un fait : dans les pays riches et plus développés économiquement, les hommes mettent fin à leurs jours beaucoup plus que les femmes.

En France, cet écart est important. Le taux de suicide est de 6,5 pour 100.000 femmes et de 17,9 pour 100.000 hommes. Autrement dit, les Français se suicident deux à trois plus que les Françaises.

Armes à feu et pendaison : les hommes utilisent des moyens plus létaux que les femmes

Dans les statistiques, les femmes ont un taux plus élevé de tentative de suicide, mais les hommes utilisent des méthodes plus violentes et plus létales pour mettre fin à leurs jours.

D’après l’Observatoire national du suicide, le mode le plus fréquent chez les hommes est la pendaison (61%), loin devant les armes à feu (16%). Chez les femmes, la pendaison est également en tête, elle est à l’origine de 42% des suicides, suivi de la prise de médicaments (24%) et des sauts d’un lieu élevé (13%).

Les hommes sont moins entourés

Les femmes bénéficient d’un réseau relationnel plus développé que les hommes. Ils auront donc moins de soutien en cas de dépression.

"Les divorces se traduisent par une augmentation plus importante des suicides chez les hommes que chez les femmes, et ce d’autant plus que ces dernières conservent plus souvent la garde des enfants. Les hommes sont également plus sensibles à la question du déclassement social. Le chômage est en effet responsable d’un risque de suicide plus élevé chez les hommes," résume à Ritu’elles Santéle psychiatre Alexandre Haroche.

“Un homme, un vrai, ça ne pleure pas !”

À lire aussi
Comment calculer son poids idéal ? Voici la solution parfaite

Si les femmes sont plus susceptibles de traverser une dépression que les hommes, ces derniers seront moins bien diagnostiqués et pris en charge. S’ils ne sollicitent pas d’aide, c’est notamment parce qu’à leurs yeux, la dépression est stigmatisante. “Un homme, un vrai, ce n’est pas fragile”, “un homme, ça ne pleure pas,” “un homme ça n’exprime pas sa souffrance”, ces clichés ont la vie dure !

Les hommes auront du mal à avouer le problème, ils vont plus facilement être dans le déni ou vont se replier sur eux-mêmes. Ils ne demanderont pas d’aide.

Certains adopteront "des comportements à risque," explique Bill Johnson, psychologue dans le Huffington Post. Consommation excessive d’alcool, de drogue, vie sexuelle débridée, violence physique… Ce sont des signes potentiels d’une dépression.

Related:

 
Post a Reply

Poll of the Week