Le Loft Story espagnol secoué par une affaire de viol

Une candidate de Gran Hermano, le Loft Story espagnol, accusé un autre candidat de l'avoir violée lors de l'émission, en 2017.

Le magazine espagnol El Confidencial vient de révéler une affaire qui date de 2017. Elle concerne l'émission de télé-réalité Gran Hermano, l'équivalent de Big Brother ou de Loft Story. En 2017, une candidate prénommée Carlota aurait été violée par un autre candidat, José-Maria.

Dans sa plainte, Carlota a affirmé qu'elle avait été violée sous les caméras, lorsqu'elle était inconsciente, sous l'emprise de l'alcool. À l'époque, le candidat incriminé avait été exclu par la production, mais les images n'avaient jamais été diffusées, ni expliquées.

Si cette affaire de viol fait autant de bruit, c'est également parce que Carlota avait été, à l'époque, amenée à commenter une vidéo de cette scène de viol par la production, dans le confessionnal de l'émission. "Il aurait dû y avoir à mon côté une psychologue ou quelqu'un qui m'aide à faire face à ces images si dures. Ils ne m'ont jamais demandé si je voulais voir ça… j'aurais dit non", explique ainsi la principale intéressée, qui avait donc été confrontée aux images, suite à quoi elle avait fondu en larmes.

Les marques se retirent du programme

Le propriétaire de la société produisant Gran Hermano, Endemol Shine Group, a réagi, en déclarant qu'avec "le recul, nous regrettons que la conversation pendant laquelle Carlota a été informée ait eu lieu dans le confessionnal".

À lire aussi
Ces candidats de télé-réalité ont eu des reconversions improbables

Suite à cette affaire, ce sont vingt entreprises, dont L'Oréal, Nissan, Schweppes ou Nestlé, qui ont décidé de retirer leurs publicités pendant ce programme de télé-réalité, diffusé par la chaîne Telecinco, LA grande chaîne espagnole.

Related:

 
Post a Reply

Poll of the Week